Les recettes de l’infidélité

Billet co-écrit avec Marie Bergström

Saint-Valentin oblige, on n’échappe pas aux reportages sur les sites de rencontre. Cette année, la tendance semble être aux sites extraconjugaux, qui proposent aux personnes en couple de trouver un autre partenaire « en toute discrétion ». Responsable des sites comme journalistes affirment à l’unisson qu’une révolution est en marche. Ces sites et leur prétendu succès témoigneraient d’un changement radical dans la sexualité. Tous sexes et âges confondus, les Français multiplieraient les partenaires, ce que les récentes aventures du premier d’entre eux ne feraient que confirmer.

Dans un souci poussé de scientificité, l’un de ces sites leaders du marché a même recensé toute une série de données, toutes éloquentes. Sur cette (unique) page web, on apprend que « 43% des Français avouent avoir été infidèles » une fois dans leur vie, une situation en hausse par rapport à 1970 (soit disant 19%). 63% des répondants déclarent qu’on « peut aimer son conjoint tout en lui étant infidèle » (+10 points par rapport à 2010). Et en se promenant, on trouve d’autres indicateurs : le palmarès des régions infidèles, ou les chiffres d’inscrits – bien sûr importants (au-delà du million pour certains). Toujours selon les sites, hommes et femmes seraient presque aussi infidèles.

Une bien improbable explosion

Pour le chercheur, ces chiffres laissent songeurs. D’abord parce qu’on ne connaît rien de leur provenance, ni la méthodologie qui a été utilisée pour les obtenir. Ensuite parce que même s’ils n’ont pas été inventés de toute pièce, ils proviennent sûrement d’un sondage commandé à un institut. Quand on sait que ce genre d’enquêtes est moins orienté vers la connaissance d’un phénomène que vers la promotion d’un produit, on peut s’interroger. Outils de communication commerciale financés par les demandeurs, ces sondages sur mesure présentent souvent des chiffres avantageux pour le commanditaire (ou sont enterrés)[1].

Enfin, et on quitte là la saine suspicion (la « critique des sources ») pour passer aux faits avérés, ces résultats sont tout simplement impossibles. Toutes les études sérieuses dont on dispose sur le sujet montrent en effet le contraire. C’est le cas de la dernière enquête Contexte de la sexualité en France [2] . Réalisée sur un échantillon de plus de 12 364 personnes (contre moins de 600 pour ces types de sondages…), mené dans des conditions précises avec la double expertise de l’INED et de l’INSERM, elle brossait un tableau bien différent de la sexualité des Français.

À la question : « Lorsque deux personnes sont en couple, quelle est la position dont vous vous sentez le plus proche ? », les réponses étaient les suivantes.

En %

La fidélité… Femmes Hommes
Pour la vie 48.2 45.5
Tant que l’on est ensemble 45.8 44.3
Avec la possibilité de quelques aventures 5.8 9.6
Autre 0,2 0.5

                                     (Champ : adultes de 18 à 69 ans)

Seuls 6 % des femmes et 10 % des hommes acceptaient l’idée de l’infidélité. On pourrait dire que derrière ces belles paroles se cachent des pratiques bien différentes. Comme une autre question portait sur les « partenaires simultanés », vérifions. Cette fois, ce sont seulement 0.8% des femmes mariées et 1,9 % des hommes mariés qui déclarent deux partenaires sexuels simultanés au moment de l’enquête. Bref, on est là encore très loin des chiffres avancés.

Enquête en terrain « extraconjugal »

Mais, avancent les sites, les pratiques changent rapidement et ces enquêtes ne mesurent que ce qu’on veut bien leur dire. Selon eux, la fréquentation qu’ils connaissent serait le meilleur indicateur. Aucun chercheur ne dira le contraire, mais personne ne peut vraiment savoir, puisque les chiffres clients sont des propriétés très bien conservées par ces sites.

On peut contourner cette difficulté avec un peu de patience et d’habileté. Via l’interface, on dispose des profils des inscrit-e-s. À condition d’en collecter suffisamment, on peut avoir une idée de leur activité. Comme les sites fournissent par ailleurs des éléments sur la dernière visite de chaque membre (afin que les inscrits ne s’acharnent à contacter des personnes parties depuis longtemps), on peut alors constituer un échantillon de personnes présentes récemment. Qui peuvent être exploités.

Après avoir créé deux profils entièrement vierges (Martin et Martine, 35 ans chacun) sur l’un des principaux sites « extraconjugaux », on a collecté des informations sur leurs derniers utilisateurs connectés. Et on répété l’opération plusieurs fois tout au long du week-end pour multiplier les prises. Une fois un peu de ménage fait (élimination des doublons en particulier), les résultats sont parlants.

AgeDispersionLecture: 25% des femmes sur ce site ont 34 ans ou moins, 50% ont 40 ans ou moins, 75% ont 47 ans ou moins.

Sur les effectifs d’abord. En dépit de leurs centaines de milliers d’abonnés revendiqués, on retrouve très vite les mêmes personnes. C’est particulièrement vrai quand on cherche uniquement parmi les personnes connectées. Souvent, on retrouve une partie de celles présentes sur les premières pages un peu plus loin sur le site. Ce doublonnage crée l’impression d’une abondance relative. Autre modalité : afficher des personnes qui sont certes connectées, mais dans d’autres régions, ou des dont la date de connexion date un peu. Ce n’est donc pas vraiment de la triche, mais c’est moins pratique. Trouver un-e amant à Montpellier quand on habite à Paris, ce n’est pas le plus simple pour une rencontre discrète.

Sur le sex-ratio ensuite.  Si on a l’impression que femmes et hommes sont présents à parité sur l’interface, on se rend vite compte que ce n’est pas vraiment le cas en pratique. Intuitivement d’abord. Mes deux profils sont restés connectés autant de temps à chaque fois. Si Martine a immédiatement reçu des demandes de chat, des cadeaux, des fleurs, des sourires, des visites par dizaines et des messages (je vous passe le contenu), tel ne fut pas le cas de Martin. Ce dernier a juste eu un rapide contact avec une personne qui lui proposait des relations « contre générosité » [sic]. À profil égal, succès inégal donc.

 Une manière concrète de mesurer ce déséquilibre est de faire une petite expérience. Soit une recherche des personnes « En ligne » et en « Ile de France ». L’interface nous renvoie plusieurs centaines de personnes, autant chez les hommes que chez les femmes. Mais quand on regarde en détail, on se rend compte que si beaucoup d’hommes sont présents en ligne, ce n’est pas le cas pour les femmes. Passée la première page, on voit s’enchainer les profils de femmes déconnectées. Ils sont visiblement présents pour remplir le site. Ce décalage s’accroit même quand on regarde d’où elles viennent. Plus de la moitié de ces femmes en ligne viennent en effet d’autres régions. Et pas toujours de très près : Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, PACA… fournissent des effectifs non négligeables.

Plots2

 Le graphique ci-dessous montre bien ce décalage. Si on part de la situation d’égalité parfaite (une homme se voit présenter autant de femmes qu’une femme d’hommes), un premier déséquilibre commence avec la connexion. On n’a plus que 40% de femmes contre 60% d’hommes qui sont effectivement en ligne parmi les centaines de profils affichés. Et si on ne considère que les personnes connectées et en Ile-de-France, on arrive à un ratio de 1 femme pour 4 hommes. À Paris seulement, le ratio est à peu près de cet ordre. Pas étonnant que Martine ait été autant sollicitée pendant que Martin attendait seul. Tout au long du week-end, ce chiffre a varié, de 70 à 80%.

On remarque par ailleurs que les usagers sont loin de se déclarer tous infidèles (c’est-à-dire en couple par ailleurs) mais sont nombreux (environ 40 %) à se présenter comme célibataires, séparés ou divorcés. Au-delà de l’infidélité, ces sites mettent en scène des rencontres à finalité sexuelle et sont sans doute fréquentés en grande partie par des individus désireux de vivre des relations de courte durée.

Plots1

L’infidélité fait elle recette ? C’est tout au moins le pari des concepteurs de sites qui  affrontent aujourd’hui un marché fort concurrentiel. Dans cette situation, comme le conseille tout bon manuel de marketing, mieux vaut viser une concurrence latérale que frontale avec les acteurs dominants (comme Meetic). Autrement dit, identifier et occuper des segments de marché. Ainsi, les sites « de niche » se multiplient (ils représentent près d’un tiers des sites hétérosexuels en 2008)[3] et proposent des sites de plus en plus ciblés (rencontres pour « écolos », « bcbg », militaires, amateurs de football…ou herpétiques). Souvent interprétés – comme les sites extraconjugaux – comme un signe de nouvelles normes conjugales et sexuelles, ces sites révèlent en premier lieu une stratégie de marketing : ils sont les produits des logiques du marché économique bien plus que des reflets du marché matrimonial.


[1] La situation est la même dans le cas de sondages publiés opportunément sur tel ou tel sujet lors d’une campagne électorale, comme le rappelait judicieusement Patrick Lehingue dans un ouvrage récent.

[2] M. Bozon, N. Bajos, La sexualité en France, La découverte, 2008.

[3] M. Bergström, « La toile des sites de rencontre », Réseaux, 2011.


étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

4 réflexions au sujet de « Les recettes de l’infidélité »

  1. MG

    Merci pour votre réponse.
    Je suis bien d’accord avec vous. Mais dans le même temps il ne semble pas qu’il y ait d’autres enquêtes récentes aussi complètes … Ou alors il existe peut-être d’autres alternatives, comme les sondage en ligne par exemple.
    En tout cas, si vous avez d’autres suggestions d’infos / de sources, je prends !

    Répondre
    1. étienne Auteur de l’article

      Je publie votre commentaire, même si je ne suis pas dupe que ces échanges ont pour but de promouvoir le site en question (et franchement, votre adresse IP révèle le nom de la société pour laquelle vous travaillez).

      Mais cela va me permettre d’enfoncer le clou. En fait, si: il existe des enquêtes récentes bien plus sérieuses et bien plus complètes. Je vous renvoie en particulier à l’enquête sur le Comportement sexuel des Français (dir. Bozon, Bajos), à l’enquête EPIC réalisée par l’INED et dont les premiers résultats commencent à sortir, et aux travaux des sociologues de la conjugalité. Quant aux sondages en ligne, je m’en méfie tout autant: ils reposent sur un échantillonnage inexistant, et celui que vous indiquez ne permet aucun redressement. Bref, leurs résultats n’engagent que ceux qui veulent y croire.

      Répondre
  2. MG

    Démarche et discussion intéressantes.

    Je me permets de glisser un lien vers un site extraconjugal qui propose une vision critique sur la fiabilité des pseudo-sondages qui émanent des sites extraconjugaux : Les sondages des sites extraconjugaux : du pipeau ?.

    Comme quoi, même les premiers concernés ont des doutes, pour ne pas dire plus, sur les chiffres que l’on retrouve ici ou là …

    Répondre
    1. étienne Auteur de l’article

      Merci! Mais je suis moins enthousiaste que les auteurs de la page recommandée: le sondage de l’IFOP indiqué en note est un exemple de sondage à finalité commerciale, qui survalorise les chiffres qui l’intéressent. Un outil de marketing déguisé, en quelque sorte.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *