Sciences sociales via internet

En sociologie, les questionnaires dispensés via internet ont généralement mauvaise presse. À juste titre souvent : déposer un questionnaire sur un site et attendre ne permet qu’une sélection très modérée des répondants. Ceux qui  répondent ont un biais (connexion à internet, disponibilité temporelle, propriétés qui favorise l’intérêt pour ce genre d’enquêtes) et sont donc très spécifiques. Enfin, on ne peut pas bénéficier du retour d’information des enquêteurs qui font passer le questionnaire, alors que ces détails sur les protestations, les hésitations et les commentaires sur chaque question sont tout aussi riches d’information.1

Mais faut-il pour autant condamner *toute* enquête réalisée via internet ? Les services se multiplient qui permettent de créer un questionnaire et de le faire passer en ligne (parmi lesquels Zoomerang, Surveymonkey, Surveygizmo, et bien d’autres – tous très simples d’usages…mais n’existe t-il pas de service moins cher ?). Cette fois, on choisit les personnes à qui on souhaite le faire passer, et on leur envoie via leur email principal. L’échantillonnage reste du côté des chercheurs, et on peut suivre le déroulement de la passation en temps réel. On peut même relancer à coût nul ceux qui n’auraient pas répondu. Bref – et il existe une littérature croissante à ce propos2–, la méthode n’est pas nécessairement mauvaise, surtout si on travaille sur des populations habituées à l’usage d’internet.

Deux enquêtes actuelles

On peut aussi imaginer d’autres manières de faire des enquêtes via internet. C’est ce que proposent de faire deux projets. L’un, c’est PRACTIC (PRAtiques CulTurelles et usages de l’Internet Connecté), mis en place par l’Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA). Elle vise à mieux cerner les usages de l’internet. Combien de temps y passe-t-on chaque jour ? Comment ? Que fait-on dessus et avec…?. Et, dans la droite ligne des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français, à réfléchir sur ce que ces nouveaux supports font à la consommation.

 

PRACTIC-IMAGE

 

L’autre, c’est ALGOPOL, un projet financé par l’Agence nationale de la recherche et qui regroupe des chercheurs de différents laboratoires et entreprises. ALGOPOL cherche à mieux connaître la sociabilité en ligne des internautes. Avec qui discute t-sur les réseaux sociaux ? Que montre t-on ? Et comment gère t-on l’intimité et le recoupement des cercles sociaux sur ces réseaux (pour reprendre des questionnements initiés de longue date par D. Cardon, l’un des coordinateurs du projet). Une des questions centrales du projet consiste à s’interroger sur l’homophilie. Internet favorise t-il la diversité des échanges, comme cela a souvent été prophétisé, ou des logiques de ségrégation jouent-elles malgré tout ?

 

ALGOPOL

 

Pour ce faire, PRACTIC et ALGOPOL demandent aux usagers l’autorisation d’installer une application (sur leur téléphone dans un cas, sur leur compte Facebook dans l’autre), pour enregistrer *certaines des* activités des répondants. À l’heure des révélations à répétition sur la collecte d’informations privées, cela pourra inquiéter. Tout le monde ne souhaite pas forcément donner à une équipe l’ensemble des informations de son compte Facebook, même contre la promesse de l’anonymat. Mais, et les chercheurs ont raison de le rappeler, ce qu’ils vous demandent de faire explicitement et sous contrôle (pour Algopol, les données sont stockées en un seul endroit, et elles doivent être détruites un an après la fin de l’enquête; pour PRACTIC, une interface spécifique et sécurisée a été créée pour l’occasion), ce que font déjà de très nombreuses applications que vous utilisez probablement.

 

Donner son ‘core’ à la science ?

Aujourd’hui, ALGOPOL et PRACTIC ont besoin de vous. L’une et l’autre enquête requièrent de nombreux participants pour parvenir, après redressement, à avoir une population relativement représentative des usagers d’internet. Si l’idée de prêter l’un des ‘cores’ de son mobile (ou vos données personnelles) à la science ne vous rebute pas, vous pouvez participer. Cela ne va pas sans gratifications d’ailleurs, puisque l’un et l’autre vous offrent des compensations — y compris matérielles. ALGOPOL vous fournit le graph animé de votre réseau de relations dans le temps. Et PRACTIC vous propose de gagner des tablettes. Longtemps proscrite, la rétribution (ici modeste) des enquêtés serait-elle en train de revenir en grâce?

  1. Comme le montrent bien le chapitre méthodologique de l’enquête sur le contexte de la sexualité en France (Bozon, Bajos, 2008) ou l’article de F. Houseaux et C. Bessière (2003) sur les enquêteurs de l’INSEE.
  2. Plusieurs comparaisons ont été faites, qui tendent à montrer que les réponses à des questionnaires en ligne sont supérieures à celles d’un questionnaire envoyé par papier, et ce sans trop de bais (sauf l’âge, en baisse toutefois). Les erreurs de saisies semblent aussi également distribuées (voir par ex. Lefeser et al., 1997).

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Sciences sociales via internet »

  1. Ping : Seul avec son smartphone ? – Les médiations culturelles et leurs traces dans l’usage | Ludovia Magazine

  2. Ping : Proxem » La lettre du 7 avril : quelles nouvelles méthodes d’enquête pour les SHS à l’heure du web ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *