Analyse quantitative de contenus 2.0

L’analyse quantitative de contenus connaît un renouvellement aussi récent que spectaculaire. Longtemps considéré par certains comme une technique mineure, la lexicométrie revient ainsi sur le devant de la scène. La numérisation automatique de nombreux textes comme les capacités de traitement ont donné une nouvelle jeunesse à ces pratiques désormais bien établies. Plusieurs initiatives démontrent cet intérêt renouvelé.

Une offre de logiciels en hausse

La première, c’est la multiplication des logiciels de lexicométrie. Car, bien qu’ancienne, l’étude quantitative des corpus textuels n’avait jamais complètement pris. Certes, dès les années 1950, le politiste Harold Lasswell la mettait en œuvre et inaugurait l’analyse quantifiée des contenus ; certes, elle avait connu des développement certains dans les années 1990 avec la diffusion de l’informatique, quand des modules avaient été développés pour les principaux logiciels statistiques et que des plateformes comme Prospero ou Alceste avaient été créées pour l’occasion ; certes, des revues publiaient des travaux qui mettaient en avant certains de ces travaux, comme c’est le cas de Mots. Mais ces méthodes n’ont jamais vraiment percé, en dépit des résultats intéressants qu’elles ont pu produire.

Outre une nouvelle version de Prospero en cours de développement chez les spécialistes de socio-informatique des controverses, trois nouveaux projets sont nés ces dernières années, qui offrent la possibilité de faire de l’analyse lexicométrique aisément. Deux sont des logiciels spécifiques : il s’agit d’Iramuteq, le logiciel développé depuis 2008 par Pierre Ratinaud, chercheur en sciences de l’éducation à Toulouse-2 et de TXM, le logiciel développé par une équipe de chercheurs de l’ENS-Lyon.

Des différences existent entre eux, du côté du codage initial (Iramuteq reprend le codage d’Alceste, un autre logiciel de traitement des données textuelles) comme de certaines fonctionnalités. Mais ils sont aussi assez proches. Par leur aspect ouvert et libre d’abord, ce qui n’était pas le cas de nombre de leurs prédécesseurs. L’un et l’autre s’appuient aussi sur le logiciel R, et permettent d’en exploiter les capacités sans en éprouver toutes les difficultés puisque des interfaces graphiques permettent de s’en servir sans programmer. Pour en savoir plus, les sites des logiciels fournissent des exemples et des tutoriels bien faits[1].

Le troisième projet, c’est RTemis (prononcer Artémis), le package R que viennent de créer Gilles Bastin et Milan Bouchet-Vallat, qui dispose lui aussi de son carnet sur Hypotheses. Dans l’esprit de ces promoteurs, RTemis (R Text Mining Solution) se veut être une plateforme gratuite, simple d’usage, dégagée des enjeux théoriques explicites qui gouvernent certains logiciels (Alceste repose sur la théorie des mondes lexicaux, Prospero sur une approche de sociologie des controverses). Il permet aussi une importation simple en acceptant différents formats (.txt, différents formats de texte délimité dont les .csv, mais aussi Alceste ou Twitter). Et il permet aussi une importation rapide depuis les grandes plateformes de référencement de textes médias (LexisNexis, Europresse, Factiva) – attention, plateformes payantes.

À partir de là, il propose toute une série de fonctions destinées à réaliser les différentes opérations standard de préparation du corpus (gestion de la casse, de la ponctuation, des « stopwords » et lemmatisation) ainsi que des outils pour traiter ces données. Je ne m’étends pas sur le sujet car un prochain billet illustrera les usages d’R.Temis, mais je recommande vivement la lecture de l’article de Bastin et Bouchet-Vallat, paru récemment dans le Bulletin de Méthodologie Sociologique. Les auteurs décrivent, statistiques à l’appui, le traitement de l’affaire Julian Assange par différentes agences de presse. Ce faisant, ils montrent en pratique les fonctionnalités du package.

 

Topic Modeling

Si les logiciels précédents améliorent des techniques désormais bien établies, d’autres approches en développement ouvrent elles de nouveaux horizons. C’est le cas du topic modeling, qui permet de déterminer automatiquement les thèmes contenus dans un ensemble de textes, afin d’en saisir leur répartition. La technique, développée depuis une dizaine d’année par David Blei, un informaticien de Princeton, suscite un intérêt croissant. Et ce jusque dans les sciences sociales : un numéro récent de Poetics, lui était justement consacré récemment. Coordonné par John Mohr, un sociologue intéressé de longue date aux formes de quantification en sociologie de la culture, il réunissait une dizaine de chercheurs, moitié sociologues, moitié informaticiens.

Comment fonctionne le topic modeling ? Sans rentrer dans les détails, on peut dire que la technique (qui dispose de modules prêts à l’emploi pour C, Python et R entre autres)

  1. Recherche les mots qui reviennent régulièrement ensemble dans un document
  2. Les rassemble dans un « thème », c’est-à-dire une série d’une dizaine de mots (deux mots peuvent appartenir à un thème). Le chercheur doit alors voir si le thème fait sens, et le cas échéant le nommer.
  3. Mesure la fréquence de chacun de ces thèmes dans chacun des documents du corpus.

 

Sur le plan technique, les résultats sont impressionnants et démontrent les capacités toujours croissantes du Machine Learning, cette branche de l’intelligence artificielle en plein développement. Mais y a t-il un intérêt pour les sciences sociales? Il me semble que les résultats des différents articles de Poetics font sens uniquement parce que les auteurs ont une connaissance du sujet qu’ils traitent, et savent donc sur la base d’une connaissance empirique précise ce qu’ils veulent dire, ou au moins comment sélectionner les informations pertinentes dans le maelström d’informations offertes par les programmes. C’est clairement le cas pour deux articles particulièrement intéressants du numéro : celui de P. DiMaggio et al. sur les discours relatifs aux musées (un sujet dont l’auteur est familier depuis plus de trente ans), ou pour l’article d’E. Marshall sur l’évolution croisée de la démographie en France et en Grande-Bretagne (à laquelle l’auteure vient de consacrer une thèse).

Reste à savoir si le topic modeling peut apporter autre chose qu’un vernis scientisé à des analyses qui seraient déjà plus ou moins établies par les chercheurs par des méthodes plus classiques ? Une présentation Gabriel Lewertowski et Nicolas Bourgeois lors du dernier colloque du SAMM (Statistique, Analyse, Modélisation Multidisciplinaire) semble montrer qu’au-delà de la pyrotechnie, le topic modeling peut effectivement servir la recherche.

À partir d’une étude du corpus du Monde Diplomatique, ils montraient bien l’utilité de ce genre d’analyses. Le graphique ci-dessous représente les résultats relatifs à un thème déterminé automatiquement, mais qui porte sans ambigüités sur le Moyen-Orient. À gauche, on trouve les mots qui constituent le topic (avec un score, qui permet de mesurer sa contribution au thème). A droite la répartition dans le temps. À partir de là, les utilisations sont nombreuses : on peut chercher à voir le rôle d’un auteur ; les variations de ligne éditoriale ; le type d’item consacré à ce thème (dossier, article, encadré, tribunes, etc.). Ou, pour une période donnée, on peut réaliser des mesures qui relient des thèmes à leurs auteurs, afin de saisir les vecteurs d’importation comme la division du travail au sein d’une rédaction. Bref, la sociologie du journalisme, celle de l’expertise et la sociologie des idées (pour ne citer que quelques sous-domaines) pourraient tirer profit du topic modeling, surtout que se développent des techniques qui permettent d’éprouver la significativité des résultats. Affaire à suivre donc !

 

SAMM-TM

 


[1] On trouve aussi de nombreux conseils sur le carnet Devenir historien-ne, de la plateforme Hypotheses.


étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Analyse quantitative de contenus 2.0 »

  1. Jollivet

    Je suis très intéressé par la section de cet article portant sur le Topic Modeling, et tout particulièrement par la mention d’ « Une présentation de Gabriel Lewertowski et Nicolas Bourgeois lors du dernier colloque du SAMM (Statistique, Analyse, Modélisation Multidisciplinaire) ».
    Pourtant, malgré mes recherches sur le Web, je n’ai trouvé aucun compte-rendu ou autres proceedings afférents (j’ai bien obtenu le programme de la conférence, avec mention de cette intervention en 2014)
    Quelqu’un aurait-il trace – écrite ou orale – de cette intervention ?
    Merci.
    Pascal Jollivet

    Répondre
  2. Ping : Proxem » La lettre du 4 août : visualiser les algorithmes pour les démystifier et mieux les comprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *