Collecte de données et débat public

Pour la deuxième fois en moins de six mois, le débat sur les inégalités de santé fait la première page des journaux grâce… aux techniques de collecte automatique de données. En avril dernier, Le Monde avait fait sa première page sur les dépassements d’honoraires en France. Après avoir « aspiré » le site de l’Assurance Santé (www.ameli-direct.fr), les journalistes avaient publié une carte des dépassements d’honoraire à Paris. La procédure était expliquée ici par le data-journaliste du Monde, A. Léchenet.

 

Dépassements d’honoraires à Paris

 

Cette semaine, c’est l’UFC-Que Choisir qui recommence, en croisant cette fois dépassements d’honoraire et déserts médicaux. La technique comme la base de données sont les mêmes, les résultats encore plus complets. Véritables outils de communication politique, ils sont présentés avec un communiqué de presse, un rapport complet, une carte interactive, et une interface qui permet d’enregistrer les témoignages individuels (dans un but évident d’advocacy).

Carte des déserts médicaux à Paris – UFC Octobre 2012

Nul doute que ce travail a été évoqué lors des négociations entre assurance maladie, praticiens et mutuelles qui se terminent en ce moment. Depuis peu, mais de manière croissante, la collecte automatique de données s’invite donc dans certains débats politiques (pour un autre exemple récent : en période de discussion sur le cumul des mandats, l’association Regards Citoyens, avait proposé des informations sur l’activité des parlementaires).


étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.