À propos

Ces dernières années ont vu la multiplication des données disponibles pour les chercheurs en sciences sociales, de toutes disciplines. Informations biographiques, traces d’interactions en lignes, fichiers officiels, bases de données, renseignements divers : tout un matériau extrêmement riche est désormais accessible, directement ou après traitement.

C’est à cette « révolution des données » que Data Sciences Sociales est consacré. Le blog se propose de contribuer à l’appropriation par le plus grand nombre des techniques et des problématiques qui y sont associées. Il poursuit un triple objectif :

  • Suivi de l’actualité. Comme tout phénomène en expansion, l’intérêt pour les données numériques se développe à travers des espaces disciplinaires et professionnels divers. L’objectif premier du blog est donc d’assurer une veille de ce domaine en cours de structuration. Il s’agit de faire état des débats, des recherches, et des outils disponibles d’une manière qui soit à la fois compréhensible et stimulante pour les problématiques générales de sciences sociales.
  • Savoir-faire. Comment manipuler soi-même des données et résoudre des problèmes de recherche concrets ? Si les outils peuvent apparaître complexes au premier abord, la plupart des opérations peuvent être réalisées avec un savoir minimal. Le second objectif est de démystifier et transmettre des compétences, pour que ceux qui souhaitent commencer à compiler des données puissent se former de manière efficace, sans connaissance technique préalable. On adoptera une approche globale de situations réelles : conception d’un projet comme suite d’étapes, repérage des outils disponibles, et lignes de code commentées de manière pédagogique.
  • Réflexivité. Le blog propose enfin une réflexion de plus longue durée sur les enjeux que soulèvent ces techniques comme sur leurs pratiques. De la qualité des données, à l’éthique et la protection des enquêtés, en passant par le problème de la représentativité ou des dynamiques (internes et externes) propres à la discipline, leur développement pose en effet de nombreuses questions que les chercheurs gagnent à expliciter. Les potentialités offertes par le maniement informatisé de données gagnent à être enrichies d’une certaine réflexivité quant aux limites de ces outils et à leurs enjeux politiques.

 

Les auteurs :

  • Julien Boelaert est docteur en économie (Paris 1). Spécialiste de données numériques et de machine learning, il est en ce moment post-doctorant au SAGE où il travaille sur l’activité des parlements et des parlementaires.
  • Alexandre Hobeika est doctorant à l’EHESS (CMH-ETT), et termine une thèse de sociologie politique sur les réseaux du syndicalisme agricole majoritaire (FNSEA) et les évolutions du gouvernement de l’agriculture.
  • Étienne Ollion est sociologue, chargé de recherche au CNRS (Strasbourg-SAGE).
Crédits image d’en-tête : James Cheshire, Ollie O’Brien, OpenStreetMap, OS Opendata Crown, TfL.

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *