Archives par étiquette : sociologie

Au-delà des big data

Les big data sont à la mode. Dans les médias comme dans le débat public, le terme est évoqué de manière récurrente. Des entreprises dédiées au traitement de ces masses d’informations sont créées chaque jour, d’autres réorganisent radicalement leurs activités autour de la gestion de ces données.  À la suite d’entreprises privées, les administrations de nombreux pays sont désormais dotées d’un responsable de haut rang dédié à cette thématique (la France s’est dotée en 2014 d’un Administrateur général des données). Le phénomène est tout aussi notable dans le monde académique. Des centres d’analyse de ces données massives sont créés, des postes fléchés, des revues dédiées lancées, des filières spécifiques mise en place (data science).

SOCIO_063_L204Dans la dernière livraison de la revue Sociologie, un article co-écrit avec Julien Boelaert  revient sur cette question et sur les débats suscités par l’arrivée de ces données et les méthodes qui les accompagnent dans nos disciplines. Car débat il y a : « opportunité empirique inouïe » vs. « données pauvres » ; « révolution méthodologique » vs. « appauvrissement de la recherche » ; « surcroît de connaissances susceptible de produire une révolution scientifique » vs. « dégradation du savoir produit »… les réactions sont aussi vives que tranchées.

À partir d’une analyse des travaux de sciences sociales souvent regroupés sous ce label, on souligne que ces débats polarisés ont une chance de se poursuivre tant qu’ils se cristallisent autour de la notion de big data. Concept impressionniste, le terme désigne des réalités bien différentes selon qui l’utilise. Bien souvent, les volumes de données mobilisés ne sont même pas si massifs, surtout quand on les compare à des enquêtes classiques de la statistique publique (l’enquête Emploi de l’INSEE interroge trimestriellement 60 000 ménages sur des centaines de variables, beaucoup d’enquêtes qui se réclament des « big data » ne peuvent en dire autant).

Pire encore, à trop se focaliser sur un terme imprécis, on s’empêche de saisir le principal changement qui affecte nos disciplines, à savoir la multiplication de données numériques. Appelées ainsi parce qu’elles sont encodées avec des chiffres (1 ou 0) et qu’elles peuvent donc être lues et travaillées par des processeurs informatiques (ie. des ordinateurs), ces données numériques sont de plus en plus fréquemment disponibles. Elles peuvent être volumineuses ou pas, issues de l’internet ou pas. Elles peuvent même ne pas être numériques « nativement » (natively digital) : dans le cadre du projet sur le Parlement que nous menons en ce moment, nous avons transformé des archives papiers en fichiers numériques, afin de pouvoir automatiquement extraire de l’information sur les votes et les présences lors des premières législatures. L’Assemblée elle-même ne disposait pas de ces informations, et dès qu’elles seront nettoyées, nous les restituerons pour mise en ligne en open data.

Les big data, si on conserve ce terme dans les cas où des volumes extrêmement importants sont mobilisés et qui nécessitent des capacités de traitement particulières (high performance computing), ne sont donc que la face visible d’un phénomène bien plus large, la multiplication exponentielle de données numériques. Il faut donc aller « au-delà des big data » pour saisir les effets que peuvent avoir ces données numériques sur les sciences sociales.

Ils sont nombreux, et l’article souligne trois aspects du travail de recherche qui sont, d’ores et déjà, transformés par cette abondance nouvelle : la question de la place et des types de statistiques qui peuvent gérer ces données; celle de l’accès et de la conservation des données; et celle des objets et de la théorisation en sciences sociales.

Plus d’informations sur le site de la revue, et sur le portail de Cairn. Versions pdf à disposition sur demande. Et comme d’habitude : commentaires & critiques bienvenus.

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Les recettes de l’infidélité

Billet co-écrit avec Marie Bergström

Saint-Valentin oblige, on n’échappe pas aux reportages sur les sites de rencontre. Cette année, la tendance semble être aux sites extraconjugaux, qui proposent aux personnes en couple de trouver un autre partenaire « en toute discrétion ». Responsable des sites comme journalistes affirment à l’unisson qu’une révolution est en marche. Ces sites et leur prétendu succès témoigneraient d’un changement radical dans la sexualité. Tous sexes et âges confondus, les Français multiplieraient les partenaires, ce que les récentes aventures du premier d’entre eux ne feraient que confirmer.

Dans un souci poussé de scientificité, l’un de ces sites leaders du marché a même recensé toute une série de données, toutes éloquentes. Sur cette (unique) page web, on apprend que « 43% des Français avouent avoir été infidèles » une fois dans leur vie, une situation en hausse par rapport à 1970 (soit disant 19%). 63% des répondants déclarent qu’on « peut aimer son conjoint tout en lui étant infidèle » (+10 points par rapport à 2010). Et en se promenant, on trouve d’autres indicateurs : le palmarès des régions infidèles, ou les chiffres d’inscrits – bien sûr importants (au-delà du million pour certains). Toujours selon les sites, hommes et femmes seraient presque aussi infidèles.

Une bien improbable explosion

Pour le chercheur, ces chiffres laissent songeurs. D’abord parce qu’on ne connaît rien de leur provenance, ni la méthodologie qui a été utilisée pour les obtenir. Ensuite parce que même s’ils n’ont pas été inventés de toute pièce, ils proviennent sûrement d’un sondage commandé à un institut. Quand on sait que ce genre d’enquêtes est moins orienté vers la connaissance d’un phénomène que vers la promotion d’un produit, on peut s’interroger. Outils de communication commerciale financés par les demandeurs, ces sondages sur mesure présentent souvent des chiffres avantageux pour le commanditaire (ou sont enterrés)[1].

Enfin, et on quitte là la saine suspicion (la « critique des sources ») pour passer aux faits avérés, ces résultats sont tout simplement impossibles. Toutes les études sérieuses dont on dispose sur le sujet montrent en effet le contraire. C’est le cas de la dernière enquête Contexte de la sexualité en France [2] . Réalisée sur un échantillon de plus de 12 364 personnes (contre moins de 600 pour ces types de sondages…), mené dans des conditions précises avec la double expertise de l’INED et de l’INSERM, elle brossait un tableau bien différent de la sexualité des Français.

À la question : « Lorsque deux personnes sont en couple, quelle est la position dont vous vous sentez le plus proche ? », les réponses étaient les suivantes.

En %

La fidélité… Femmes Hommes
Pour la vie 48.2 45.5
Tant que l’on est ensemble 45.8 44.3
Avec la possibilité de quelques aventures 5.8 9.6
Autre 0,2 0.5

                                     (Champ : adultes de 18 à 69 ans)

Seuls 6 % des femmes et 10 % des hommes acceptaient l’idée de l’infidélité. On pourrait dire que derrière ces belles paroles se cachent des pratiques bien différentes. Comme une autre question portait sur les « partenaires simultanés », vérifions. Cette fois, ce sont seulement 0.8% des femmes mariées et 1,9 % des hommes mariés qui déclarent deux partenaires sexuels simultanés au moment de l’enquête. Bref, on est là encore très loin des chiffres avancés.

Enquête en terrain « extraconjugal »

Mais, avancent les sites, les pratiques changent rapidement et ces enquêtes ne mesurent que ce qu’on veut bien leur dire. Selon eux, la fréquentation qu’ils connaissent serait le meilleur indicateur. Aucun chercheur ne dira le contraire, mais personne ne peut vraiment savoir, puisque les chiffres clients sont des propriétés très bien conservées par ces sites.

On peut contourner cette difficulté avec un peu de patience et d’habileté. Via l’interface, on dispose des profils des inscrit-e-s. À condition d’en collecter suffisamment, on peut avoir une idée de leur activité. Comme les sites fournissent par ailleurs des éléments sur la dernière visite de chaque membre (afin que les inscrits ne s’acharnent à contacter des personnes parties depuis longtemps), on peut alors constituer un échantillon de personnes présentes récemment. Qui peuvent être exploités.

Après avoir créé deux profils entièrement vierges (Martin et Martine, 35 ans chacun) sur l’un des principaux sites « extraconjugaux », on a collecté des informations sur leurs derniers utilisateurs connectés. Et on répété l’opération plusieurs fois tout au long du week-end pour multiplier les prises. Une fois un peu de ménage fait (élimination des doublons en particulier), les résultats sont parlants.

AgeDispersionLecture: 25% des femmes sur ce site ont 34 ans ou moins, 50% ont 40 ans ou moins, 75% ont 47 ans ou moins.

Sur les effectifs d’abord. En dépit de leurs centaines de milliers d’abonnés revendiqués, on retrouve très vite les mêmes personnes. C’est particulièrement vrai quand on cherche uniquement parmi les personnes connectées. Souvent, on retrouve une partie de celles présentes sur les premières pages un peu plus loin sur le site. Ce doublonnage crée l’impression d’une abondance relative. Autre modalité : afficher des personnes qui sont certes connectées, mais dans d’autres régions, ou des dont la date de connexion date un peu. Ce n’est donc pas vraiment de la triche, mais c’est moins pratique. Trouver un-e amant à Montpellier quand on habite à Paris, ce n’est pas le plus simple pour une rencontre discrète.

Sur le sex-ratio ensuite.  Si on a l’impression que femmes et hommes sont présents à parité sur l’interface, on se rend vite compte que ce n’est pas vraiment le cas en pratique. Intuitivement d’abord. Mes deux profils sont restés connectés autant de temps à chaque fois. Si Martine a immédiatement reçu des demandes de chat, des cadeaux, des fleurs, des sourires, des visites par dizaines et des messages (je vous passe le contenu), tel ne fut pas le cas de Martin. Ce dernier a juste eu un rapide contact avec une personne qui lui proposait des relations « contre générosité » [sic]. À profil égal, succès inégal donc.

 Une manière concrète de mesurer ce déséquilibre est de faire une petite expérience. Soit une recherche des personnes « En ligne » et en « Ile de France ». L’interface nous renvoie plusieurs centaines de personnes, autant chez les hommes que chez les femmes. Mais quand on regarde en détail, on se rend compte que si beaucoup d’hommes sont présents en ligne, ce n’est pas le cas pour les femmes. Passée la première page, on voit s’enchainer les profils de femmes déconnectées. Ils sont visiblement présents pour remplir le site. Ce décalage s’accroit même quand on regarde d’où elles viennent. Plus de la moitié de ces femmes en ligne viennent en effet d’autres régions. Et pas toujours de très près : Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, PACA… fournissent des effectifs non négligeables.

Plots2

 Le graphique ci-dessous montre bien ce décalage. Si on part de la situation d’égalité parfaite (une homme se voit présenter autant de femmes qu’une femme d’hommes), un premier déséquilibre commence avec la connexion. On n’a plus que 40% de femmes contre 60% d’hommes qui sont effectivement en ligne parmi les centaines de profils affichés. Et si on ne considère que les personnes connectées et en Ile-de-France, on arrive à un ratio de 1 femme pour 4 hommes. À Paris seulement, le ratio est à peu près de cet ordre. Pas étonnant que Martine ait été autant sollicitée pendant que Martin attendait seul. Tout au long du week-end, ce chiffre a varié, de 70 à 80%.

On remarque par ailleurs que les usagers sont loin de se déclarer tous infidèles (c’est-à-dire en couple par ailleurs) mais sont nombreux (environ 40 %) à se présenter comme célibataires, séparés ou divorcés. Au-delà de l’infidélité, ces sites mettent en scène des rencontres à finalité sexuelle et sont sans doute fréquentés en grande partie par des individus désireux de vivre des relations de courte durée.

Plots1

L’infidélité fait elle recette ? C’est tout au moins le pari des concepteurs de sites qui  affrontent aujourd’hui un marché fort concurrentiel. Dans cette situation, comme le conseille tout bon manuel de marketing, mieux vaut viser une concurrence latérale que frontale avec les acteurs dominants (comme Meetic). Autrement dit, identifier et occuper des segments de marché. Ainsi, les sites « de niche » se multiplient (ils représentent près d’un tiers des sites hétérosexuels en 2008)[3] et proposent des sites de plus en plus ciblés (rencontres pour « écolos », « bcbg », militaires, amateurs de football…ou herpétiques). Souvent interprétés – comme les sites extraconjugaux – comme un signe de nouvelles normes conjugales et sexuelles, ces sites révèlent en premier lieu une stratégie de marketing : ils sont les produits des logiques du marché économique bien plus que des reflets du marché matrimonial.


[1] La situation est la même dans le cas de sondages publiés opportunément sur tel ou tel sujet lors d’une campagne électorale, comme le rappelait judicieusement Patrick Lehingue dans un ouvrage récent.

[2] M. Bozon, N. Bajos, La sexualité en France, La découverte, 2008.

[3] M. Bergström, « La toile des sites de rencontre », Réseaux, 2011.

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Sur « Les dérives de la bibliométrie »

Spécialiste de sociologie des sciences, Yves Gingras propose dans son dernier ouvrage une réflexion sur l’évaluation de la recherche. Publié aux éditions Raisons d’Agir, l’ouvrage se présente comme une  nouvelle contribution critique aux débats très contemporains sur le sujet. Après d’autres, l’auteur se propose de décortiquer les indicateurs et les classements, et d’en montrer l’inconsistance, voire la nocivité potentielle. On se tromperait pourtant si on ne voyait dans ce livre qu’un énième pamphlet contre le gouvernement de la science contemporaine. Car l’ouvrage propose en fait bien plus qu’une critique – par ailleurs fine et appuyée sur plusieurs décennies d’étude du fonctionnement des sciences. On peut en effet lire ce livre sous au moins trois angles différents : la critique de l’évaluation bibliométrique actuelle, le plaidoyer en faveur d’une réappropriation de ces techniques par les sociologues des sciences, et l’invitation à une bibliométrie réflexive.

 

http://sciences.blogs.liberation.fr/.a/6a00e5500b4a64883301a51156784e970c-300wi

De quoi les citations sont elles le nombre ?

Le premier temps du livre, qui lui donne son titre, propose  une discussion critique des formes d’évaluation quantifiées de la recherche. Gingras rappelle l’histoire des techniques bibliométriques, nées entre science (une volonté de proposer un outil de repérage bibliographique pour les chercheurs d’un même domaine) et politique des sciences (mesurer la « qualité scientifique » d’un auteur). Reprenant les travaux de P. Wouters sur la naissance de la scientométrie, l’auteur montre que les fondateurs du Science Citation Index avaient d’abord pour objectif de proposer un outil de connaissance bibliographique à destination de la communauté scientifique.

Las, leur création leur a échappé et la National Science Foundation, qui financé les premières recherches sur l’outil bibliométrique, développe sur cette base une série d’indicateurs destinés à créer une évaluation scientifique de la science dans les années 1970. S’il ne peut raconter toute l’histoire, Gingras en évoque bien ses principales figures (Derek de Solla Price et sa tentative de créer une « science de la science », parfois avec des visées très appliquées), tout comme il montre l’explosion de la bibliométrie dans la politique des sciences contemporaines.

L’ouvrage revient alors sur les différents index et autres facteurs souvent évoqués pour mesurer la productivité des chercheurs. De manière particulièrement précise, mais toujours stimulante et lisible pour le non-spécialiste, l’auteur évoque les limites fortes de ces outils. Les critiques sont connues. Censé mesurer l’excellence des chercheurs, le h-index saisit en fait leur capacité à écrire de nombreux d’articles modérément cités (un auteur qui publie 7 articles cités 7 fois a un h-index de 7, quand un autre qui publie deux articles cités 100 fois chacun a un h-index de 2). Les classements internationaux des universités écrasent les différences de fonctionnement national et ne mesurent rien in fine. Les champs ont des pratiques de citations particulièrement différentes (qui varient dans le temps), et même à l’intérieur d’un champ, on trouve des variations tellement fortes que l’évaluation s’appuie sur des bases bien instables. De toute façon, le facteur d’impact des revues peut être manipulé via l’autocitation, ou par des revues complices afin d’être indument augmenté (les « cartels de citation »). Enfin, critique classique mais essentielle : ces techniques ne capturent pas la valence d’une citation, et une série de citations négatives (ou dans des revues invisibles, mineures, proches de l’auteur) comptent autant que celles dans une revue centrale.

Faut-il brûler le Web of Science ?

Là où l’ouvrage de Gingras se démarque des discours classiques sur la bibliométrie, c’est qu’il propose non pas de jeter mais de s’en réapproprier les données et les outils,  actuellement monopolisés par les administrateurs de la recherche. Car si elle est une bien piètre mesure de la qualité individuelle des chercheurs, elle peut devenir un outil particulièrement efficace pour la sociologie des sciences. L’auteur nous emmène alors dans un voyage à travers différents travaux qui utilisent la bibliométrie pour revisiter l’histoire des sciences. Dans une version résumée de son article sur la découverte de l’ADN, il montre ainsi, données de citations en main, que la découverte de la double hélice par Watson et Creek a eu une reconnaissance bien plus rapide que ce qu’en disaient les historiens.

Loin de tomber dans la fascination pour son objet critiqué quelques pages plus tôt, l’auteur explique pourquoi la sociologie des sciences peut faire un meilleur usage des données de citation que les administrateurs de sciences. D’abord, la question de la valeur de la citation — problème central de ces indicateurs, qui enregistre indifféremment louanges et critiques — importe peu quand on analyse le destin de controverses scientifiques. Qu’importe en effet que la citation soit positive ou négative, pourvu qu’on voit une discussion émerger. De la même manière, le chercheur qui étudie un champ donné peut contrôler les variations de citations, et ainsi détecter les renvois d’ascenseur, entre chercheurs, entre revues. Finalement, la connaissance  fine du champ permet d’interpréter correctement les données de citation et de les utiliser positivement.

Invitation à la bibliométrie réflexive

Loin de se cantonner à une critique de la bibliométrie, Gingras propose de l’utiliser de manière abondante, mais efficace. La bibliographie de l’ouvrage est, à elle seule, un outil unique pour tout chercheur qui voudrait travailler sur ou avec ces questions de mesure quantifiée de la science. Et à plusieurs reprises, l’expérience de l’auteur, assurément l’un des chercheurs les plus prolifique dans ce domaine (voir l’entretien publié récemment sur le carnet Zilsel), lui permet d’émettre des propositions innovantes. À la fin du livre, l’auteur propose ainsi de réfléchir à ce que serait un indicateur robuste de la productivité de la recherche. Plutôt que de vouer aux gémonies toute mesure quantifiée, il propose une série de critères censés assurer la fiabilité et le bon usage des index ainsi créés. La proposition peut sembler iconoclaste, mais elle a le mérite de poser les bases d’une réflexion sur ce que peut être une aide à l’évaluation par la quantification.

L’ouvrage est donc un tour de force, à la fois dense et plaisant à lire, utile aux spécialistes mais pédagogue pour les néophytes. On pourra noter qu’il est finalement moins question de l’évaluation de la recherche en général que de son versant purement quantitatif. Et que ce faisant, le titre est en décalage avec le contenu, d’autant plus que la tonalité est bien moins critique qu’il ne le suggère. Si on ne saurait en faire le reproche à l’auteur, on peut prolonger la discussion et s’interroger : faut-il recourir à des indicateurs quantitatifs pour juger la science actuelle, ou faut-il tout simplement laisser ces techniques aux sociologues des sciences ? Gingras semble plaider pour des méthodes mixtes qui allient analyse de citation et appréciation substantive.

Mais ce faisant, on occulte les différentes possibilités qui se passent volontiers de la quantification, ou lui font un véritable pied de nez. C’est le cas de l’idée, de plus en plus fréquemment évoquée, de ne juger que sur un nombre très limité de travaux… car on limiterait justement le droit d’un chercheur à publier (par période, par thème). Manière radicale de lutter contre la prolifération de textes que plus personne ne peut lire de toute façon, la proposition a le mérite de poser la clairement la question : ne vaut-il pas mieux écrire un excellent texte qui donne à penser tous les trois ans que publier une succession d’articles inaboutis ? À l’heure où se multiplient les injonctions à publier plus, il peut être salutaire de se poser cette question, quoiqu’elle ait déjà été tranchée depuis longtemps. La scientométrie tend en effet à montrer que les travaux qui restent sont, sauf exceptions, ceux qui ont mis longtemps à être produits.

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

La féminisation des revues de sociologie depuis 1960

Billet écrit par B. Coulmont, A. Hobeika et É. Ollion, et publié conjointement sur http://coulmont.com et http://data.hypotheses.org

Dans un récent article (PDF), West (un biologiste, pas la sociologue du genre) et ses collègues montraient à partir des articles de JSTOR que si le sex-ratio évolue sensiblement au cours des dernières décennies, l’égalité n’est pas encore de mise entre hommes et femmes dans les publications. Ils soulignaient en particulier que les hommes sont toujours sur-représentés dans des positions de prestige (premier et dernier auteur).

Qu’en est-il en France ? Partant d’une base des revues de sciences sociales françaises compilée par A. Hobeika et E. Ollion dans le cadre d’une recherche en cours sur l’histoire de la discipline par ses publications[1], on obtient une image de la sociologie dans le temps.

D’un point de vue global, au cours des années soixante aux années quatre-vingt-dix, la féminisation progresse, mais très lentement : 81% des auteurs sont des hommes dans les années 1960, ils ne sont plus que 71% dans les années 1990[2].

pie60s

pie90s

 

 

La féminisation est aussi très inégale suivant les revues. Certaines (Archives de sciences sociales des religions, Économie et statistique, Population) voient la part des auteures féminines augmenter substantiellement, alors que d’autres restent des bastions masculins (comme les Actes de la recherche en sciences sociales et la Revue française de sociologie)[3].

paletteRdYlBu

Déterminer le sexe des auteurs à partir de leurs prénoms ?

Pour établir le sexe des auteurs, nous nous sommes appuyés sur leur prénom, méthode utilisée par West (cité plus haut) ou par Carrasco pour retrouver le sexe des pacsés [Carrasco V., 2007. — « Le pacte civil de solidarité : une forme d’union qui se banalise ». Infostat justice, 97 pp. 1–4.]

Mais quand on cherche à inférer le sexe du prénom, plusieurs méthodes sont possibles.

La première consiste à faire ce codage manuellement : la familiarité avec la discipline permet de savoir que Claude Poliak n’a pas le même sexe que Claude Dargent, que Dominique Méda et Dominique Wolton non plus. Mais c’est très chronophage.

Parmi les techniques de codage automatique, deux autres sont possibles. On peut établir une liste de prénoms indiscutablement sexués (Baptiste, Yvette, Émile) à partir d’annuaires, et leur attribuer une valeur (M/F ou 0/1), laissant indéterminés les prénoms épicènes. Toutefois, si on dispose du fichier des prénoms (INSEE), une autre possibilité est d’associer à chaque prénom un score (de féminité, de masculinité) en fonction de son usage social : ainsi 99,95% des Catherine, au XXe siècle en France, ont été déclarées à la naissance comme étant du sexe féminin ; ce chiffre est de 0,08% pour les Simon. Les Dominique sont à 41% des filles, les Claude le sont à 12%, etc. Utiliser cette méthode revient donc à supposer que les prénoms des sociologues ont la même fréquence d’utilisation pour des hommes/femmes que dans la société française toute entière, ce qui semble raisonnable.

On a ici mené un test de ces méthodes, en recodant manuellement le sexe des auteurs pour une revue, la Revue Française de Sociologie. On compare les résultats à ceux des deux autres procédures. Pour la période 1960-1999, le nombre d’articles de cette revue dans notre base est de 1723. En excluant ceux pour lesquels aucun auteur n’est mentionné[4], on a in fine 1329 prénoms.

Les trois méthodes donnent sensiblement le même résultat, malgré des nombres de cas différents sur lesquels elles butent (« NA méthode » ci-dessous). Avec 17 prénoms non-détectés seulement (parfois répétés, d’où les 28 NA), le fichier des prénoms (INSEE) apparaît comme une solution à la fois commode et efficace pour un traitement automatisé tel que celui qu’on vient de faire[5].

Codage manuel Liste restreinte de prénoms Fichier des prénoms
Homme 79.08 78.64 78.67
Femme 20.92 21.35 21.33
Nb. individus 1329/1723 1063/1723 1301/1723
Infos manquantes 394 394 394
NA méthode 0 266 28

 

Des chiffres sur la situation dans la sociologie étasunienne, calculés avec des méthodes similaires, sont disponibles chez Neal Caren et chez Philip Cohen.

Et ci-dessous le graphique avec l’ensemble des revues de sociologies prises en compte dans l’analyse (cliquer pour agrandir).
All-BuYlRd


[1] Elle recense les publications dans les revues de sociologie française depuis les années 1960 (articles et symposiums, mais pas compte-rendus). La base est organisée par signatures : chaque ligne désigne un auteur et un article (par exemple, Bourdieu P. & Wacquant L. 1999 donne lieu à deux lignes dans la base : une pour chaque auteur).

[2] La base recense plus de 20 000 articles et comptes-rendus dans une vingtaine de journaux : Agora, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Archives de Sciences Sociales des Religions, Critique internationale, Déviance et société, Espace population et sociétés, économie et statistiques, Genèses, Pôle Sud, Politix, Population, Réseaux, la Revue Française de Sociologie, Sociétés contemporaines, Sociologie et santé, Tiers-Monde. Elle s’appuie largement sur les données du site Persée, complétées ponctuellement pour les revues qui en sont absentes.

[3] Dont B. Lahire disait récemment qu’elles étaient « les deux revues françaises de sociologie les plus académiques »).

[4] Soit il n’y en avait pas, soit on n’a pas réussi à le dissocier du nom dans les rares cas où les deux n’étaient pas clairement séparés. C’est une limite de ce traitement complètement automatisé, même si on a de bonnes raisons de penser que cela ne change rien aux résultats présentés ici.

[5] Si les prénoms sont à l’avenir plus épicènes, alors cette méthode pourrait s’avérer problématique. Elle l’est parfois entre pays, Jean Leca n’étant pas du même sexe que Jean Comaroff.